houblon

Houblon : des usages traditionnels à la bière

le houblonCette grande liane fait partie de la flore spontanée des régions tempérées. Considérée avant tout comme une plante médicinale, elle est connue depuis toujours pour ses propriétés thérapeutiques. C’est un sédatif, préconisé dans les troubles du sommeil des adultes et des enfants.

Seules les fleurs de plantes femelles sont utilisées en brasserie et ne sont donc cultivés à cet usage que des pieds femelles. A la base des groupes de fleurs appelés cônes se trouvent des poils épidermiques sécrétant des résines amères, des huiles essentielles et des tanins sous une forme de poudre jaune appelée « lupuline ». L’utilisation du houblon pour la bière s’exprime en termes de consommation d’acide alpha (composant amer de la lupuline).  

Les premiers essais de mise en culture datent des années 1770-1780. Ce fut le fruit du travail du pasteur Ehrenpfort à Oberhoffen-sur-Moder.
En 1802, un brasseur de Haguenau, François Derendinger, ramène des boutures de houblon de Bohême pour ne plus acheter du houblon bavarois et tchèque.
Dès 1808, les premières houblonnières apparaissent dans la région du brasseur, puis à Brumath et vers Sélestat. En 1840, la surface est de 120 hectares. Ce chiffre grimpe à 4 600 hectares en 1907. Ce sera le maximum jamais atteint en Alsace.

Les surfaces marquent le pas pendant la 1ère Guerre Mondiale puis diminuent brutalement en 1929 sous le coup d’une surproduction mondiale ; elles s’équilibrent alors entre 1 300 et 1 400 hectares.
Au moment de la Seconde Guerre Mondiale, l’occupant limite la surface à 500 hectares. Après 1945, les surfaces augmentent à nouveau, et ce jusqu’en 1958. Puis elles baissent régulièrement.

Après un «creux» à 421 hectares en 1987, la  production redevient intéressante. Un nouveau marché très rémunérateur contribue au développement de la filière. Les surfaces progressent alors jusqu’en 2004. Mais à compter de cette date, le principal client des Alsaciens, l’Américain Anheuser Busch, réduit les quantités sous contrats et va jusqu’à annuler en 2008 les accords en place, moyennant indemnisation. La situation est d’autant plus difficile que les prix du houblon plongent: le marché mondial est en  surproduction et la consommation de bière est à la baisse.
Mus par la volonté de préserver une filière houblonnière en Alsace et convaincus de l’intérêt d’une mutualisation des ressources,  les producteurs de la Cophoudal décident en 2010 de rejoindre le Comptoir Agricole. 

Informations pratiques :

Francis HEITZ
35 route de Strasbourg
67270 HOCHFELDEN
Tél. 03 88 89 09 09 Fax 03 88 89 09 22 http://www.comptoir-houblon.fr