production alsace

Production Alsace

Par son histoire et son terroir, le Bas-Rhin abrite de très nombreuses espèces cultivées. Les céréales y sont majoritaires. Et si le maïs domine, c’est pour des raisons d’adaptation parfaite au climat et au sol.

Le Bas-Rhin, un monde de diversité dominé par les céréales

Blé, maïs, orge, colza, tournesol, soja, chanvre, moutarde, féverole, pois… En Alsace, les « grandes cultures » concernent, bien évidemment les céréales, mais aussi les oléagineux (production d’huile), les protéagineux (riches en protéines) et même les fibres. 

La surface totale cultivée alsacienne est d’un peu moins de 200 000 hectares (chiffre de 2010). Elle est composée à 36,5% de maïs grain, à 15,4% de blé et à 26,2% de prairies. Les 21,9% restant accueillent la grande diversité des autres cultures, dont le maïs fourrage, une autre variété, destinée uniquement à l’alimentation animale. 

Le maïs proposant des rendements et une marge brute par hectare cultivé bien supérieurs aux autres, c’est tout naturellement qu’il est devenu la culture-phare des agriculteurs alsaciens. 

production alsace

Le maïs grain arrive à maturité à l’automne, entre septembre et novembre. Sous les conditions climatiques de l’Alsace, il est récolté à un taux d’humidité compris entre 20 et 35%. Il ne peut pas être stocké sous cette forme à cause des risques de moisissure. Les grains sont donc séchés à l’air chaud dans des séchoirs pour ramener le taux d’humidité entre 14 et 15%.

 Le rendement moyen en Alsace est de 10.5 tonnes par hectare, mais il varie selon les conditions climatiques, le sol, la variété et la conduite culturale (l’ensemble des interventions effectuées sur une culture).

Proposant un rendement moyen en Alsace de 7,5 tonnes par hectare, le blé reste intéressant grâce à la marge brute qu’il permet. La majorité du blé produit en Alsace sert à la fabrication de farine pour un débouché en panification. C’est pourquoi la teneur en protéines est l’un des principaux facteurs qualitatifs de la récolte. Elle doit être supérieure à 11% pour obtenir un pain de qualité.

Après la moisson, la paille est pressée en bottes rondes ou carrées. Elle est utilisée par les éleveurs pour la litière des animaux et l’alimentation des ruminants.

Indispensables, les autre cultures sont par contre à des niveaux de rendement et de marge brute moins intéressants et sont plus exploitées en complément de productions plus rémunératrices.