commercialisation cereales

Céréales et oléoprotéagineux

S’il existe toujours des marchés locaux pour les céréales, réservés à des productions sous cahier des charges précis, l’essentiel des tonnages vendus par le Groupe Comptoir agricole via sa filiale Eurépi est désormais destiné à des grands groupes de la transformation.

Le maïs grain, de loin notre première production, est avant tout destiné à l’alimentation humaine, ce qui nous place dans une position unique en son genre. Notre filière aval strictement non-OGM depuis plus de 20 ans, est composée d’amidonniers et de semouliers.

Nous produisons du maïs corné et du maïs denté.
Le caractère corné confère à la graine un aspect vitreux. L’amidon y est présent sous forme cristalline, une structure propice à la transformation en semoules de différentes tailles. La semoulerie compte parmi ses rangs la maïserie Costimex, implantée à Strasbourg. Les brasseurs, les producteurs de snacks, les fabricants de céréales du petit déjeuner constituent l’essentiel de la clientèle de cette industrie de première transformation.
L’amidonnerie utilise préférentiellement les maïs dentés.Tereos SyralRoquette et Cargill, des groupes d’envergure mondiale, privilégient les maïs sous forme farineuse, de manière à extraire plus facilement l’amidon. Cet amidon qui se présente sous forme de longues chaînes carbonées, est la matière première de multiples applications dans le secteur alimentaire : les produits sucrés (soft drinks, bonbons, sirops, glaces…) et tous les produits présentant une certaine texture, une certaine onctuosité (soupes, crèmes, plats cuisinés.. ). La molécule connait aussi de nombreuses valorisations non-alimentaires dans les industries du papier, du textile, de la pharmacie, de la cosmétique et de la chimie.

Le restant de notre production de maïs, indépendamment du type de grain, est commercialisé auprès des producteurs de bioéthanol et des fabricants d’aliments du bétail, un débouché qui demeure au plan mondial le premier de cette céréale. 

Le blé, deuxième céréale régionale, est consommé par l’amidonnerie et la meunerie, pour finir en pain et en gâteaux. Les Grands Moulins de Strasbourg s’approvisionnent depuis de nombreuses années auprès de la coopérative et nous sommes partie prenante d’Alsépi, le produit de la filière pain traditionnel Alsace, porté par l’Association pour la Promotion du Pain Artisanal d’Alsace

La commercialisation des céréales donne lieu à contractualisation. Ces contrats constituent une garantie d’approvisionnement en matière première pour nos clients et une assurance de débouché pour les sociétés de notre Groupe. Les prix sont fixés tout au long de l’année selon des règles bien précises sur un marché fluctuant, régi par la loi de l’offre et de la demande. L’objectif de notre filiale de commercialisation Eurépi est d’optimiser son prix de vente afin de garantir le meilleur prix aux producteurs.    

 « Il y a encore quelques années de cela, on pouvait qualifier le marché des céréales de « plat » et de relativement prévisible. Les prix réagissaient surtout aux soubresauts de la météo. L’accroissement de la demande, le renchérissement des coûts du pétrole et du fret, la financiarisation des marchés ont ramené leur lot de volatilité. Les variations de prix se caractérisent dorénavant par leur soudaineté et leur brutalité. D’environ 15 euros par tonne sur une campagne, l’amplitude peut désormais dépasser les 100 euros la tonne ! Ce risque-là peut et doit être géré, que ce soit par les producteurs, les organismes collecteurs ou les industriels transformateurs de céréales. » 

Eugène Schaeffer – Editorial du fascicule Le Marche des cereales, deuxième édition, Eurépi, 2010.